François Hollande naura pas respecté tous ses engagements politiques, mais il serait difficile de lui reprocher de ne pas avoir honoré celui-ci : « Je serai un président normal, pas un président ordinaire. » Cette promesse, prononcée quelques mois avant les élections présidentielles de mai 2012, le chef de l’État français la même tenue plus dune fois ; car sil est malheureusement normal pour un politique de sabandonner aux bras dune maîtresse actrice, il est rare quil aille la chercher en scooter dans la nuit ; et sil était normal de ne pas renouveler son mandat présidentiel sous la IIIe République, il était jusquici peu ordinaire (même jamais vu) dy renoncer volontairement sous la Ve République. Ainsi, Monsieur Hollande se sera embarrassé de peu de coutumes politiques françaises, et cela jusqu’à la fin.

Le jeudi 1er décembre, vers 20 heures, François Hollande annonçait quil ne se représenterait pas aux prochaines élections. Sa voix, humble et posée, témoignait dune réflexion mûre et trahissait une certaine tristesse. « Jai décidé» a-t-il commencé. À croire que les sondages répétés dénonçant son impopularité décroissante lui avaient laissé la possibilité de choisir. Pourtant, en juin dernier seulement, le président empruntait une autre voie en sannonçant candidat à la primaire socialiste de janvier 2017. Or, déjà, les opinions citoyennes lui étaient défavorables. Deux ans après lemménagement de Hollande à l’Élysée, Cécile Amar publiait un ouvrage intitulé Jusquici tout va mal dressant un bilan prématuré mais précurseur de l’échec du président.

Toutefois, après cinq gouvernements, 15 remaniements et 74 ministres et secrétaires dÉtat en moins dun mandat, François Hollande ne fléchissait pas ; un mât dressé, inaltérable, traversant une houle de feu. Pourquoi le chêne sest-til si soudainement brisé ? Quels événements lont ainsi détourné de ses objectifs en quelques mois ? Sûrement la proximité des primaires, justement, a-t-elle rendu sa défaite plus palpable. Il est probable que les résultats des votes socialistes aient révélé une nette préférence pour les autres candidats à son détriment. On imagine alors difficilement comment François Hollande, encore en fonction, aurait pu conserver la légitimité quil lui restait, jusqu’à la fin de son mandat.

De plus, lautorité quil détient encore sur les membres de son gouvernement aurait pu être balayée dun geste facile, au profit des gagnants de la primaire. Manuel Valls a dailleurs fait preuve dune remarquable prestesse suite au discours du 1er décembre pour appliquer la stratégie quil concoctait ouvertement depuis des mois. En effet, face aux médias, lancien Premier ministre se montrait de plus en plus ferme là où le président apparaissait indécis, et accueillant vis-à-vis des journalistes. Ses propos laissaient progressivement transparaître ses convictions personnelles, au-delà dun traditionnel soutien du chef de l’État. Au lieu de cela, le peuple français a su trancher entre ces deux figures politiques. Au 30 novembre dernier, la cote de popularité de Manuel Valls atteignait 31 % contre 17 % pour François Hollande. Face à l’émancipation de son ancien Premier ministre, le président sest-il trouvé en position d’échec et mat ? Dans une lutte commune contre la droite et lextrême droite, sa renonciation pourrait être le fruit dun accord entre les deux hommes pour laisser place au plus populaire. Quoi quil en soit, le chef de l’État a tout intérêt à soutenir Manuel Valls dans cette candidature. En effet, à moins de se contredire entièrement, ce dernier continuera a priori à défendre les idéologies quil a soutenues comme chef du gouvernement. Son intransigeance sur linterdiction du port du voile, son interprétation stricte du concept de laïcité française, ou encore sa défense de la « règle dor » pour lutter contre la dette publique, notamment, sannoncent comme des points centraux dans sa campagne. Ainsi, quand bien même François Hollande ne partagerait pas ces lignes directrices avec autant de fermeté, il sera dans son intérêt politique de sy conformer. En soutenant son ancien collaborateur, Hollande appuiera indirectement les avancées politiques de son propre mandat. Sil sen détachait, il se désolidariserait alors dune figure relativement appréciée de la France, et il perdrait le bénéfice davoir été son mentor. Noublions pas que malgré sa décision de non-renouvellement de mandat aux prochaines élections, François Hollande na pas pour autant prononcé son dernier mot politique. Sa future entrée au sein du Conseil constitutionnel en tant quancien chef de l’État en atteste… Ses prochains pas risquent donc d’être tout aussi déterminants que ceux des cinq dernières années — mais plus déterminés, espérons-le.

A propos de l'auteur

Cité Unie offre une couverture de l’actualité internationale à travers la perspective des résidents de la Cité internationale universitaire de Paris.

Articles similaires